Image Complément prévoyance en cas d'invalidité : comment ça marche ?

Complément prévoyance en cas d'invalidité : comment ça marche ?

Le complément prévoyance est une assurance auquel on souscrit pour se préserver dans plusieurs cas comme le décès, l'invalidité, etc. Quand il est question d'invalidité, il prend en compte l'assistance d'un assuré qui ne peut plus accomplir ses obligations professionnelles.

Pour comprendre le principe de fonctionnement d'un complément prévoyance dans le cas d'une invalidité, il faut déterminer le domaine de ce contrat, les conditions de la mise en œuvre de la protection et les modalités de fin du complément prévoyance.

Les différents cas d'invalidité couverts

Le complément prévoyance en cas d'invalidité est un contrat d'assurance qui prend en compte plusieurs cas d'invalidité. L'invalidité doit être comprise comme la situation d'une personne qui, suite à un accident ou une maladie, se trouve dans l'incapacité de poursuivre son activité professionnelle, pendant une période plus ou moins longue.

Le premier cas d'invalidité faisant intervenir le complément prévoyance invalidité concerne le salarié qui travaillait activement mais qui, du fait de l'invalidité, ne peut plus poursuivre son travail. Le complément prend aussi en compte une personne qui n'a pas de travail (chômeur) et qui se retrouve, malgré sa condition, dans l'incapacité de rechercher un emploi.

Le dernier cas d'invalidité couvert est celui impliquant, dans l'un des deux premiers cas susmentionnés, un besoin d'assistance physique. C'est un cas dans lequel la personne, le salarié ou le chômeur, invalide, a besoin d'un professionnel pour s'occuper de lui. La constatation et la confirmation de l'un de ces états d'invalidité impliquent une mise en œuvre du complément prévoyance en situation d'invalidité.

La mise en œuvre de l'assurance

Pour mettre en œuvre cette assurance, il faut déterminer le domaine concerné. Le contrat complémentaire prévoyance viendra compléter les indemnités journalières dues par le salarié empêché. Il faudra évidemment que l'invalidité soit reconnue par la sécurité sociale. Le calcul se fera par rapport à ce qu'il aurait gagné s'il était actif au travail. Pour celui qui n'est pas salarié, il s'agira essentiellement de ses cotisations et de ce qui est prévu dans le contrat d'assurance qu'il aura souscrit.

Pour le cas particulier de l'assuré qui nécessite une assistance physique, le traitement se fera de deux différentes manières. Certaines compagnies fournissent les fonds nécessaires pour que l'assuré se charge de trouver lui-même le professionnel pouvant l'aider. En fournissant à l'assuré le personnel ou l'assistant professionnel de son choix, Filiassur réduit les difficultés. Comme la plupart des sociétés d'assurance, Filiassur laisse l'assuré choisir l'utilisation qu'il fera de ses indemnités, tant que la protection est active.

La fin de la couverture

La couverture prévoyance n'est pas éternelle. Elle prend fin dans différents cas. Etant une assurance d'invalidité, elle prend fin de façon générale une fois que la situation d'invalidité cesse. Pour les salariés en particulier, bien que l'invalidité demeure, la protection ne peut être poursuivie au-delà de sa retraite.

Quant au chômeur, en plus de la fin de l'invalidité, la couverture prend également fin dès qu'il trouve une activité rémunérée en dépit de son invalidité. Puisque son statut change, la couverture ne lui est plus permise.